Le Salon de 

Lyon et Sud Est 2021

salon1.jpg

 Du 5 novembre au 21 novembre 2021 - Palais de Bondy 69005 Lyon

 Le Salon de Lyon et Sud-Est expose chaque année une large sélection d'artistes           contemporains français et étrangers, à l'automne, au palais de Bondy.

18 Quai de Bondy, 69005 Lyon, France

Parking: St Jean(Saône rive droite) .  St Antoine(Saône rive gauche)

Bus: Arrêt Gare St Paul                   Arrêt St Paul 

      Ligne C3                               Lignes 19&31

      Ligne S1                                Lignes 40&14

Métro: Ligne D .  Station Vieux Lyon

Vélo: Saint Paul (Gare)

        Place Gerson (proche Quai Pierre Scize)

        Place Fousseret (Angle quai de Bondy)

Contact Salon: 06 30 87 47 55

La 93ème édition du Salon de Lyon et Sud-Est

se tiendra au Palais de Bondy,

18 quai de Bondy 69005 Lyon,

du vendredi 5 novembre au dimanche 21 novembre 2021,

Vernissage le samedi 6 novembre

de 16 h à 21 h

unnamed-3.jpg

REGARD SUR

Serge PLAGNOL et Jacques PEIZERAT

HOMMAGE A

James BANSAC, Régis BERNARD, Sonny MEYER et René MÜNCH 

Serge PLAGNOL 

Série "visages - paysages"

huile sur toile

130 x 97 cm
 

Jacques PEIZERAT

Vert

huile sur toile

114 x 146 cm
 

Jalons et au fil des années  

Lors  d'une amicale rencontre dans mon atelier nous avons assez vite choisi pour cette invitation au Salon du Sud-Est un ensemble d'oeuvres qui correspondent à des jalons sur une vingtaine d'années. Le risque était grand de faire un choix éclectique sans cohérence ? Je pense qu’en fait il n'en est rien. Bien au contraire. Au travers d'oeuvres diverses dans leurs techniques, le choix montre les articulations, les liens qui unissent peintures, sculptures, gouaches sur papier d'époques différentes.  Les formats sont également divers : une peinture de très grand format jusqu'à un petit format intimiste, des huiles sur toile et un collage de toiles sur toile, des gouaches sur papier et un grand bois gravé peint, enfin en prolongement des petites statuettes-sculptures bricolées. 

Ces diverses peintures sont traversées par un balancement entre abstraction et figuration. Présence ou absence de la figure humaine, affirmation de signes inspirés par un paysage environnant et inscription dans la matière picturale de silhouettes humaines flottant dans l'espace en une invitation au voyage ou à quelque fête galante. Ces figurations humaines se développent dans des petites statuettes bricolées, modelées dans l'argile et l'assemblage de bois, pinceaux et fil de fer : une extension de la peinture dans l'espace. Ces statuettes sont des instants captés de même que les petites gouaches qui mettent en scène elles aussi des petites scènes à vocation poétique. La dernière peinture de 2019 agence un visage féminin et des signes du quotidien, poisson, fleur, reflets d'eau dans une dominante de bleus que l'on retrouvera dans le grand bois gravé vertical "Bleu, l'oeil du voyage " qui lui date de 1995.  

L'ensemble exposé devrait donc montrer les diversités formelles et techniques au fil des années tout en révélant les cohérences et les liens entre les oeuvres choisies.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Serge Plagnol

Serge PLAGNOL8034  1 1.jpg
1.jpeg

HOMMAGE A

Régis BERNARD

Bernard Gouttenoire et Régis Bernard
 

Mensuel Lyon People - Eté  2021

REGIS BERNARD EST MORT 

ET C'EST TOUTE LA PLANETE LYONNAISE DES ARTS QUI EST EN DEUIL

 

 

par Noëlle Bissuel

 

Il existe des peintres qui dépassent le flot banal de l’entendement commun, pour devenir dans un langage plus universel, uniques, tant leurs rayonnantes personnalités échappent aux aspirations de chacun. Hissé au plus haut, ainsi est classé, le peintre Régis Bernard. Nous sommes tous orphelins des êtres essentiels.

Régis Bernard est décédé le 24 juin 2021, la veille de la mort de Jacky-Cécile Fusaro, la femme du peintre Jean Fusaro, dont notre confrère Bernard Gouttenoire faisait l’éloge dans un article récent de Lyon People. Régis Bernard est né à Lyon, le 26 avril 1932, de Marius Bernard, son père ébéniste à la Guillotière, et d’une mère qu’il a encore très jeune, peu connu, au divorce de ses parents.

Elève des Beaux-Arts de Lyon entre 1947 et 1951, il est très assidu aux cours du Ziniar et sévère, Venance Curnier. Parallèlement, il suit les cours des peintres qui faisaient partie des « nouveaux » (en 1931 avec René Chancrin et Jean Couty, entre autres), ses Maîtres furent les discrets Henri Veilly et Pierre Pelloux. C’est toute la base de la structure poétique et picturale de Régis Bernard, et c’est ce qu’il explique dans les entretiens -avec son complice Bernard Gouttenoire (ci-dessus)- dans le petit ouvrage « La part de l’émotion » paru en 1996.

Enrôlé dans le conflit en Algérie, il est « radio » dans le rang du régiment, et ne manque pas de peindre quelques croquis, dès que le feu nourri, le lui permet. 

Ainsi en 1956, il peint à Alger, une « Femme Algérienne » dénudée, mais presque voilée, par un geste d’une extrême pudeur (photo ci-dessus, collection BG). C’est le moment où traversant un village, il raconte aussi, avoir acheté une belle poterie, dans un souk… Il paye le berbère, qui s’en est allé -en courant- dans l’arrière-boutique… Etonné, Régis pensait qu’il avait vexé l’arabe, en sous-payant la jarre. L’homme est revenu, avec la poterie remplie d’œufs… c’est dire qu’il s’entendait à merveille, avec ce peuple aimé. L’anecdote savoureuse dit bien la générosité et le respect, qu’il portait à chacun…

 

Régis Bernard de tous temps a été influencé par Alberto GiacomettiNicolas de StaëlGiorgio Morandi dont Philippe Jaccottet, le célèbre écrivain -ami de Régis, mort récemment- avait écrit « Le bol du pèlerin » (édition La Dogana, Suisse, 2001). C’est vrai que Régis Bernard pouvait apparaître (pour qui ne cherche que le seul aspect superficiel des choses), comme un suiveur de ces grands là…

Mais, au contraire, il partait de toutes ces influences pour les transcender et renaître de leurs écritures jusqu’à se créer un langage original, bien à lui. 

Plus tard, disant toute sa passion pour Pierre Bonnard (qu’il visitera à Marseille en tgv avec BG, son ami de toujours), il dira de lui « Bonnard, cette féminité de la couleur, qui enlace ses nus…». Ainsi -ensemble- ils ont vu « Bonnard, les dessins » à Chambéry, Henri de Toulouse Lautrec au grand Palais et Giacometti à Paris.

Régis Bernard exposait à la Galerie -historique- Saint-Georges tenue par Denise Mermillon, avec les merveilleux peintres Joannès Veimberg, René Münch, Alain Roll, Jacques Peizerat, Evaristo, Ariel, Salvatore Gurrieri, Bourrat, Maurice Sage, Pierre Oulevay (venu de Lausanne), Jacques Flacher, Michel Gilbert, Robert Duran, Gasquet, Alain Barrier, Eric Schmid, Jean Fusaro, André Cottavoz, Jacques Truphémus, Henri Vielly, Pierre Pelloux, Pierre Combet-Descombes, Jacques Laplace, Etienne Morillon, tous les Ziniars réunis (1920-25) ainsi que les Sanzistes (1947-50), qui se sont donné rendez-vous dans ce temple de l’école lyonnaise contemporaine.

Des noms que l’on retrouvait déjà au Salon du Sud-Est, puis au musée municipal de Villefranche ouvert grâce à l’exceptionnelle collection de Paul et Muguette Dini et dans plus des 50 livres d’art publiés, depuis 1988, par Bernard Gouttenoire, alors critique d’art du Progrès, et chargé de mission culture au conseil général du Rhône (de 1990 à 2011). D’ailleurs Régis Bernard sera lauréat bénéficiaire du 1er Prix du livre du Département du Rhône (1991) avec « Mémoire d’un atelier, hommage à Henri Veilly », (Editions Les Traboules).

Régis Bernard sera -durant ce temps- Président du Salon du Sud-Est (de 1985 à 1997) succédant depuis 1925 à Charles Sénard, Pierre Combet-Descombes, Paul Clair… Lui succéderont Jacques Convert et l’actuel infatigable Jean-Louis Mandon. Avec Bernard Gouttenoire, ils ont constitué la collection de 250 tableaux achetés par la commission d’acquisition du Département du Rhône, voulue par Michel Mercier et présidée par Yves Bruyas, avec Paul Delorme, Muguette Dini, et les regrettés conseillés Lucien Durand et Francois Baraduc

Christophe Guilloteau et le Département du Rhône peuvent s’enorgueillir de posséder dans la collection, une très grande huile sur toile « Les toits de Lyon, sous la neige » qui est reproduite page 41, du Dictionnaire de BG (éditions la Taillanderie, 2000). On le voyait aussi déambuler à Lyon, au restaurant « Les trois cochons »rue des marronniers, et jusqu’à la galerie de Alain Dettinger, il fréquentait aussi l’antre de Paul Gauzit.

C’est Paul Dini qui demandera à Régis d’écrire « Une histoire de peinture, Denise et Marius Mermillon » un très bel ouvrage carré de 200 pages, abondamment illustré, paru aux éditions Stéphane Bachès, en 2005. Il y présente toute l’histoire de la peinture à Lyon. Il fera également d’autres ouvrages car il avait une très bonne plume, (il fréquentait le poète Gabriel Vartore-Noumivakine, grand ami d’Ariel et d’Evaristo). Citons un petit ouvrage sur Serge Magnin (qui a été le professeur de bg en 1959 à Saint-Jean), Pierre Pelloux (publié en 1995), Marcel Saint-Jean(paru en 1997), et surtout en 2002, l’hommage rendu à l’inénarrable « Joannès Veimberg (1918-1982), la couleur passion », considéré par René Deroudille comme le Van Gogh lyonnais.

Enfin, Régis Bernard était un grand marcheur longiligne, de solide constitution, on l’a vu parcourir la Lance, la montagne qui rayait d’un trait coupant, le ciel drômois, à Taulignan, toujours précédé de son fidèle chien et suivi de celles qu’il nommait lui-même ses femmes, Denise Kaeggi et Mireille Besson… Il vivait dans une étroite, mais belle maison coincée dans les remparts du vieux village, où il était très apprécié des habitants. C’est là encore, qu’il s’était lié d’amitié avec Catherine et son mari, le peintre hollandais très talentueux Benjamin Rooyaards dans le village voisin. Il fréquentait aussi Alain et Sylvaine Boige, de charmants voisins, au château de Manthes, (Drôme) qui l’exposaient au Prieuré… Dernièrement -il y a moins de six mois- il a reçu la visite d’amis (Gérard Duchêne, Agnès Savart) qui le pleurent aujourd’hui.

IMG_0514.heic

HOMMAGE A

René MÜNCH

René Münch 
Autoportrait

D’abord assez classique, sa peinture prend au cours du temps une forme synthétique et assez vivement colorée dont l’aboutissement provisoire célèbre des accumulations de ferrailles.

 

Le goût pour la nature est aussi une permanence : paysages dans lesquels se fondent ou éclatent les couleurs des fleurs et des arbres ; souches mortes ; bois flottés et lavés, accumulés au bord des fleuves ; déchets multiples apportés par l’eau.

 

Ceci, sous des formes variées : dessin, lithographie, linogravure, peinture à l’huile…

En fin momentanée de parcours, René Münch nous offre une immense part de rêve.

 

C’est-à-dire une suite importante de dessins à la mine de plomb, ouverts sur un fond de pastel et traversés d’ectoplasmes singuliers.

 

Là se résume peut-être un certain accomplissement : rigueur des constructions en noir et blanc, délices de la couleur et inquiétude provoquée par des formes apparemment incontrôlées.

 

Michel DELORME    

IMG_0550.heic

René Münch
Die Toteninsel XIV. Bacon's Grab. 1992

IMG_0542.heic

René Münch
Die Toteninsel. A la mémoire d'Isabelle. 1990

Le Salon de 

Lyon et Sud Est 2021

AL BAROUDY Maher

frappe chirurgicale

acrylique sur toile

156 x136 cm.

ARANEDA Lucia

El Combate ultimo

terre blanche

L 74 x P 29 cm.

ARIEL

Nous ne connaissons pas la question que nous devrions poser …

huile sur toile

92 x 73 cm.

AYME Martian

Un bien étrange miroir

monotype aveugle

65 x 50 cm.

BOITOUT Laurence

Maison rouge

techniques mixtes

40 x 40 cm.

CHAMPIN DE LYON

Tournesols N° 395

huile et or sur toile

100 x100 cm.

COPPOLA Giovanni

Place d A 6

Photo

70 x 51 cm.

BARBIERO Joël

triptyque

huile sur toile

270 x 120 cm.

CLOCHARD Bruno

ARTEFACT 2015 La traversée de l'Ulb bleue

technique mixte

création plasticienne sur diapositive photographique

90 x 60 cm.

CHIRINIAN Jean Paul

6 coquillages

tirage argentique d'après calotype

24 x 30 cm.

COSTE Michel

nu fossile et dryade

numérique.

DE LARMINAT-LAMY Isaure

Paysage III

Collagraphie

52 x 75 cm.

DE BECDELIEVRE Isabelle

Minéral

eau-forte

126 x126 cm.

ERNER Josseline

Fauteuil vide

Huile sur toile 

116 x 89 cm.

DEBILLY Jean-Michel

Cube érodé n°7

marbre en Carrare 

2020

26 x 26 x 26 cm.

FABRON Janine

Terre et Feu

acrylique et huile

107 x 90 cm.

FAVRENE

De vous à moi

huile sur toile de lin

130 x 97cm.

FAYEL Hervé

Chemin tournant

Acrylique et émulsion à l'huile sur toile

112 x104 cm.

FAYEL Françoise

Vol & nage

vinylique sur toile

80 x 80cm.

FOLLIET Claire

Voluptus

huile sur toile

130 X 80 cm.

GOLAY Robert Alain

1599/1931/1945/2019

huile sur toile

195 x130 cm.

Gouttard.JPG

GROSS Richard

Cerisier

60 x 40 x 30 cm.

GOUTTARD Eric

Nu de dos

Huile sur bois

65 x 50 cm.

IMHOFF Jean

Sans titre

pigments et liant acrylique

154 x142 cm.

HADORN Richard

fusain, pierre noire

100 x100 cm.

IWEMA

Kotiranta

acrylique

2020

30 x 60 cm.

LONGCHAMP Michel

ça ne se dit pas

sculpture bois - assemblage

MARDUEL Lucien

Le fond du couloir

huile

32 x 50 cm.

ROUYARD Bernard

Composition dans l'atelier

lavis sur papier marouflé sur toile

190 x 110 cm.

REY-BARTHELEMY Monique

Sans titre

eau-forte-gravure au vernis mou

15 x15 cm.

ROGNIAT Evelyne

Deux têtes

photographie numérique (série de 6)

50 x 50 cm.

VALEYRE Michel

La roue du soi

260 x150 x150 cm.

IMG_5212.jpg

REYMOND Jean Marc 

Ressemblance 

gravure berceau et burin

40 x 30 cm. 

gilbert.jpg

GILBERT Michel

Lambeaux de phrases 

Collage sur toile

40 x 30 cm.

IMG_9865.heic

VALEYRE Michel

sans titre

sculpture 

bois 

MADER Agnès

Dans la serre

triptyque

huile sur panneau bois

3 panneaux de 162 x 60 cm.

MARION Christophe

La fenêtre entrouverte

technique mixte sur papier

100 x 70 cm.

MICOLINI Natalina

Le chemin des oliviers

huile sur toile

86 x116 cm.

DSCF5450 - Copie.JPG

PIONCHON Jean-Marc

la mer du milieu

Série de 7 photographies, et texte

Impressions pigmentaires  25 x 25

ROLL Alain

Notre Dame

huile

100 x 81 cm.

SAUERMANN Walter

Encre et lavis

120 x 80 cm.

Barboni.jpg

BARBONI Max 

Dialogues

diptyque 40 x 80 cm.

VEIT Winfried

Lene-Marie Fossen, Norvégienne, photographe décédée 22oct 2019

acrylique pastel sur papier

120 x 80cm.

Marcelle Benhamou le pays de l'autre.jpg

BENHAMOU Benhamou

Le pays de l'autre

châssis rond

diamètre : 0,90 m 

acrylique